La Psychoposturologie et les Réflexes Primitifs, par le Dr Philippe van Acker

Tout embryon suit un programme de développement biologiquement déterminé, qui ne concerne pas uniquement sa gestation, mais aussi le moment de sa naissance et son activité durant les premiers mois de sa vie. A chaque fois qu’un évènement l’écarte de son fonctionnement biologique, cela est susceptible de compromettre durablement son équilibre.

En quelques deux mille ans, nos modes de vie ont énormément évolué, mais le rythme d’adaptation biologique est beaucoup plus lent. Si bien que le fœtus, le nouveau-né et le nourrisson, sont confrontés à beaucoup d’évènements artificiels auxquels la nature ne les a pas du tout préparés.

Pratiquer une amniocentèse, une césarienne, ou utiliser des outils (ventouse, forceps) pour aider le bébé à naître, sont des gestes médicaux utiles, mais qui déclenchent une réaction réflexe de peur intense chez ce petit mammifère fragile qui ne dispose d’aucune autre réaction face à la sensation d’être attaqué par un prédateur.

Si un peu plus tard, ce nouveau-né ne cesse de pleurer et de réclamer les bras, s’il régurgite régulièrement, s’il ne cesse de remuer, ou au contraire, s’il bouge très peu et dort énormément, qui fera le lien avec ces évènements ? Il sera simplement un bébé difficile, ou un bébé modèle.

Quand ensuite il se déplacera sur les fesses, ou en roulant sur lui-même, ou pas du tout, cela paraîtra un peu bizarre, voire cocasse. Mais comme il finira infailliblement par se retrouver sur deux pieds, il deviendra quand même un petit d’homme. Bien sûr, il sera extrêmement prudent, ou au contraire casse-cou, mais tous les enfants sont différents, n’est-ce pas ?

Si peu de gens ce sont intéressés à ces déséquilibres, qu’ils sont rarement repérés, ou qu’ils sont considérés comme relativement anodins. « Oh, ça va passer ! », répond le Médecin si les parents commencent à se poser des questions.

Si quelques années plus tard, l’un de ces tout jeunes enfants devient exagérément anxieux, s’il cauchemarde presque toutes les nuits, bouge en dormant, fait du somnambulisme, ou fait pipi au lit, il n’y aura évidemment toujours personne pour faire le lien. Pas plus s’il est agité, s’il mord quand il n’est pas content, s’il se tient ou marche bizarrement, s’il est maladroit, et s’il se cogne partout. Encore plus tard à l’école, passé l’apprentissage de la lecture et de l’écriture des premiers mots, s’il tient mal son crayon, appuie fort dessus, confond les lettres ou les sons, ne sait jamais trop bien où placer les retenues dans les additions en colonnes, on pensera que tout le monde n’est pas doué, ou qu’un enfant ne peut pas développer toutes ses compétences en même temps.

Peut-être sera-t-il envoyé vers un médecin, un psychologue, un neuropsychologue, un ophtalmologue, un urologue, un orthoptiste, un podologue, un kinésithérapeute, un orthophoniste, un psychomotricien, ou un ergothérapeute. Peut-être sera-t-il envoyé vers plusieurs d’entre eux en même temps, pour des motifs différents en apparence. Lesquels tenteront de résoudre, chacun de leur côté, un petit bout des conséquences du dysfonctionnement, plutôt que les causes ayant conduit cet enfant à dysfonctionner.

Les années passeront, et cet enfant deviendra un adolescent scoliotique, dyslexique, dysorthographique, dyspraxique, inattentif, pitre, hyperactif, hypersensible, anxieux, lent, dépressif, irritable, lunaire, étourdis, indifférent, manquant de confiance en lui, ou ayant des difficultés à aller de l’avant. Il aura des douleurs chroniques un peu partout, surtout sous les pieds, dans le bas du dos, et dans la nuque. Il serrera ou grincera des dents quand il sera stressé, ou la nuit. Il continuera peut-être à parler et à remuer durant son sommeil. Son transit ne sera pas fameux. Mais on a tous nos petits problèmes, n’est-ce pas ?

Ou alors tout se déroulera à peu près bien pendant des années. On notera simplement un manque de souplesse physique et/ou mentale. Adulte, à l’occasion d’un choc émotionnel, ou physique, ou d’une chirurgie, ou d’un changement important dans sa vie, il semblera s’écrouler d’un coup avec une flambée de symptômes inexplicables et récalcitrants.

La Psychoposturologie est la seule discipline qui ait établi scientifiquement un lien entre ces signes et bien d’autres encore, tout en proposant de rompre le cycle de la répétition des traumatismes initiaux liés aux conditions de gestation, de naissance, et aux premiers mois de la vie.

De ces incidents de parcours, qui n’ont pas engendré directement une lésion physique ou une maladie, résultent différents symptômes physiques, végétatifs, émotionnels, ou cognitifs. En s’attaquant aux causes initiales des dysfonctionnements, cette thérapie les fait disparaître, et ceci à tout âge.

Héritière de la longue tradition psychologique, allant des intuitions psychanalytiques de Sigmund FREUD, à celles du cognitiviste Jean Piaget, mais aussi celles du posturologue Docteur Henrique Martins DA CUNHA, elle offre des outils d’analyse et d’intervention accessibles, rapides, et d’une très grande efficacité. Thérapie psychocorporelle, elle fait appel uniquement à des stimulations sensorielles fournies par le praticien, et à des réponses motrices fournies par le patient.

Si vous êtes Psychologue ou Psychothérapeute, venez suivre le Niveau 1 de la formation en Psychoposturologie ! Vous y découvrirez ce à côté de quoi notre discipline est malheureusement passée en s’enfermant dans des guerres d’écoles, et en refusant académiquement une continuité entre soma et psyché. Une nouvelle pratique s’ouvrira à vous, transformera votre identité, élargira votre vision du symptôme, et renforcera grandement votre relation à vos patients. De nombreuses théories de pointe actuelles, passeront de concepts à outils concrets d’analyse, d’évaluation, et d’intervention.

Si vous êtes rééducateur (psychomotricien, ou ergothérapeute), venez, vous aussi ! Vous y trouverez des explications et des outils précieux pour affiner votre pratique, et débloquer des situations, même chez des personnes présentant un handicap mental ou psychique.

Si vous êtes posturologue, non seulement vous comprendrez enfin pourquoi certaines personnes présentent un asynchronisme de leurs capteurs, et d’autres pas ; pourquoi la méthode thérapeutique de DA CUNHA était constituée prioritairement d’exercices proprioceptifs, et non d’appareillages. Et surtout, vous pourrez enfin prendre en compte l’émotionnel !

 

Venez nombreux pour apprendre, mais aussi pour partager vos savoirs respectifs sur le vaste espace du Sens Corporel, ce ressenti primordial commun au corps et à l’esprit.

 

Pour plus d’informations :

http://bit.ly/32DeSdG

 

La formation de niveau 1 est disponible en Mai 2020 à Montréal (Québec) et en Juillet 2020 sur Lille (France).

Pour vous inscrire immédiatement sur Montréal :

http://bit.ly/2Im6rKB

 

Au plaisir de vous rencontrer et d’échanger avec vous !

Dr Philippe van Acker

#institutneuroperformance #psychoposturologie #drphilippevanacker #posturologie #psychologie #reflexesprimaires #reflexesprimitifs #tdah #rehab #psychomotricite

2 commentaires

  • Cavernes.marie odile Reply

    J ai connaissance des réflexes archaïques j aimerais votre formation ….actuellement impossible à envisager !! Faites moi savoir une prochaine date ….de préférence autour de Bordeaux ?? Merci

    • Nicolas Desjardins Reply

      Laissez-moi vos coordonnées alors ! On va voir avec la demande, merci pour votre intérêt 🙂

Leave a comment