Les cicatrices perturbent le cerveau

Saviez-vous que la peau est chargée négativement, tandis qu’une cicatrice est un tissu chargé positivement. Ces deux tissus doivent évidemment se rattacher ensemble afin que la plaie se referme. C’est un courant de blessure différent et nécessaire, au début, car le voltage sera différent dans un tissu ou organe endommagé, afin d’accélérer sa guérison. Imaginez deux aimants : un positif et un négatif vont se coller ensemble, tandis que deux de la même polarité vont se repousser à l’infini.

Les cicatrices chirurgicales sont de loin les pires, accompagnées des brûlures et parfois même des tattoos. Il semblerait que le lien soit avec le fait que le tissu cicatriciel ne complète pas ses phases de guérison correctement, dans certains cas.

Ces phases sont :

– L’inflammatoire

– La prolifération

– Le remodelage

Dans le cas d’une cicatrice chirurgicale, les tissus atteints doivent être perçus comme un arbre, où les racines vont s’entremêler avec les autres tissus. Ce tissu cicatriciel est formé de collagène et est chargé positivement. Plus le collagène s’accumule, moins l’organisme semble être en mesure de gérer son équilibre électrique. C’est d’ailleurs pourquoi les types de métaux qui dissipent mal les charges sont absolument à éviter.

Le corps est couvert de cicatrices, qui ne sont pas toujours aussi visibles qu’on le croit : opérations, césariennes, implants mammaires, déchirures musculaires, hypertrophie, sites d’injection (vaccins, diabète, tattoos, stéroïdes…), sutures crâniennes, etc.

Une cicatrice entraîne une foule de problèmes dans l’organisme, dont une perte de mobilité ou de contractilité musculaire, des douleurs cutanées ou musculaires, perte de sensation, des tensions, le mauvais fonctionnement de certains organes, l’atteinte des méridiens (énergétique), atteinte des chaînes cinétiques, débalancement hormonal ainsi que la hausse de l’adrénaline (hormone hypoglycémiante) et du cortisol entraînant la résistance à l’insuline, une prise de gras et une fatigue du système nerveux.

Et oui, il est donc possible que des complications de santé apparaissent après une opération, qui n’étaient pas là avant, soit par l’accumulation de tissu collagénique ou par la surcharge du système nerveux sympathique et la cascade hormonale et neuromusculaire qui en découle.

Cependant, pas de panique, ce ne sont pas toutes les cicatrices peuvent être considérées comme étant pathologiques. Heureusement, tout peut être testé, en utilisant le système nerveux comme marqueur. Une personne avec un système nerveux plus efficace pourrait résister de façon plus optimale à des stresseurs externes (dont le corps n’est pas né avec).

Dans la formation INP 1 – Niveau 1 de l’Institut Neuro Performance, nous enseignons en profondeur ces mécanismes et les corrections applicables, en plus des problèmes que peuvent entraîner les bijoux sur le corps (à venir dans une prochaine publication).

Amélioration de la mobilité après traitement de la cicatrice

http://bit.ly/2O74lkN

Voici un exemple d’une correction bioélectrique au niveau de la cicatrice sur le bras, qui a amélioré l’extension du coude.

Au plaisir de vous voir en classe ou de vous savoir à une de nos formations en ligne 😊

Abonnez-vous à nos médias pour recevoir d’autres informations :

https://linktr.ee/institutneuroperformance

https://www.institutneuroperformance.com/formations/inp1_niveau_1/

#institutneuroperformance #nicolasdesjardins #cicatrice #neurotherapie #bijou #microgalvanisme #chirurgie #inp1niveau1 #neurologie #peau

 

 

Leave a comment